Archives du mot-clé Graff

ROBIN DES GRAFFS

De Muriel Zürcher

robin_des_graffs

 

En résumé…
Sam est un jeune adulte noir, issu des foyers sociaux. Timide, discret, il chante à la chorale « Les Copains d’Abord », chorale de SDF qui chante au cimetière de Père Lachaise lorsqu’un miséreux est enterré. Son travail consiste à aller tous jours chez Mme Descastel jouer 1h aux échecs. A ce personnage atypique, s’ajoute son désir de communiquer avec Gabrielle, par le biais de graffs d’animaux sur les murs de Paris.

Alors que les médias commencent à fortement s’intéresser au graffeur qui dessine des animaux dans Paris et qu’ils surnomment « Robin des Graffs », la police s’active. Alors que Sam passe au commissariat pour savoir si un SDF a été retrouvé sans vie, pour réunir la chorale si besoin, il entend la police parler de l’enquête. Curieux de savoir s’ils ont une piste menant à lui il monte à l’étage du commissariat. Mais il se retrouve nez à nez avec un policier. C’est alors qu’une petite fille débarque, lui prend la main et sans trop comprendre la tournure des évènements, Sam se retrouve dehors, accompagné de cette petite fille de 5 ans. Mais que va-t-il pouvoir faire de cette enfant alors qu’il lui reste tant de graffs à réaliser?

En Avis…

J’ai pris le temps de faire un assez long résumé car j’avais envie de bien cibler le personnage car c’est autour de lui et de sa rencontre avec la petite fille  que va tourner l’histoire.

On se trouve dans le Paris actuel, avec des personnages inconnus (des flics d’un commissariat parisien, un foyer socio-éducatif, un jeune banal, des petites vieilles parisiennes, riches et seules, une boulangère, des SDF. Nous sommes directement confrontés à de l’humain, loin des grandes histoires et des clichés habituels (famille parfaite, métier parfait, relations idylliques…), ce qui fait que les personnages sont attachants.

Le style est fluide, moderne, le vocabulaire est adapté et accessible à des adolescents. J’ai fortement apprécié le fait que les personnages ne sont pas prévisibles, qu’on ne voit pas comment va se terminer l’histoire (on s’inquiète pour eux, on rit à leurs réactions, on retient notre souffle quand Sam commence à se faire repérer par la Police, on est triste pour la petite fille…)

C’est volontairement d’ailleurs je ne dévoile pas le prénom de la petite fille car du haut de ses 5 ans elle affirme être anémique (amnésique la corrige Sam) et se fait surnommer Bonny la Rebelle.

Concernant les graffs j’avais envie de les voir (et d’ailleurs, l’imagier dans lequel Sam puise les dessins existe-t-il réellement?? Car si c’est le cas une référence m’aurait fait plaisir et si ce n’est pas le cas une esquisse dans le roman aurait peut-être pu ajouter de la beauté de l’histoire). J’en profite pour toucher deux mots sur la couverture que je trouve moderne et qui évoque l’imaginaire (le graff, la petite fille, Paris et le tout coloré). Je pense que la couverture a joué plus que le résumé au dos sur ma volonté de me lancer dans la lecture de ce livre.

En Bref…

Je vous recommande fortement cette lecture qui nous offre un bon moment et nous marque de ses personnages.