L’ETE DES PAS PERDUS

51cpardbhnl-_sx195_

De Rachel Hausfater

En Résumé…

Madeleine et son grand-père (Grégoire dit Gramps) vont passer quelques semaines ensemble. Le père de Madeleine fuit sa situation parentale mais aussi sa place de fils. Car Gramps parfois est ailleurs et confond Madeleine avec une autre Madeleine, disparue depuis longtemps. A Paris dans le présent, il replonge dans son passé en Normandie, quand en petit Grégoire les Américains ont débarqué sur les plages.

En Avis…

J’ai pleuré à la fin. Et pourtant les premières pages me rendaient rétissante (en raison du style et des chapitres ultra courts).

Roman peut-être un peu trop court, même si c’est du jeunesse. il soulève et sous-entend pas mal de chose autour de la maladie (le regard des autres, le constat de la personne malade, le milieu médical, la famille qui peut se désinvestir, la solitude des gens qui s’occupent d’une personne atteinte d’Alzheimer…).

Ici l’auteur a choisi de mettre en avant Madeleine, la petite fille du personnage Gramps touché par la maladie. la situation familiale est disloquée: le père et la mère de Madeleine sont divorcés et la laisse livrée à elle-même. C’est donc chez son « Gramps » qu’elle va pour passer ses vacances. Le père est d’autant plus déserteur qu’il ignore semble-t-il volontairement les allusions de sa fille. Ce qu’il veut entendre c’est que tout se passe bien avec Gramps.

J’ai par contre apprécié que le côté médicalisé qu’on a tendance à entendre sur cette maladie soit relégué au placard (c’est une peur pour Gramps et pour Madeleine et c’est une personne extérieure qui vient évoquer ce côté médical).

Ci-dessous spoil sur le déroulement de la fin donc attention!

Durant la fin j’ai aussi admiré que l’auteur choisisse de mettre en avant le droit de choisir sa fin (dans tous les sens du terme). Par là j’entends que la fin est légèrement ouverte et sous-entend que le papi meurt (ce n’est plus un débarquement mais un embarquement comme le stipule Madeleine). Mais on peut comprendre que Madeleine abandonne son papi car il n’est plus Gramps mais juste le petit Grégoire et qu’à ce moment-là elle ne peut plus rien et a besoin de l’aide des adultes.

En Bref…

Une belle approche de la maladie, sans le côté médicalisé qui m’a fait verser quelques larmes. A mettre entre toutes les mains.

Ce livre est proposé dans la sélection 5e/4e du prix des Incorruptibles de cette année 2016/2017.

Publicités

Un retour avec une mini-PAL pas si mini

Absente presque tout l’été de ce blog, j’ai bien décidé de le reprendre (oui, encore une fois) en main. Mais cela passe aussi par mon rythme de lecture qui doit reprendre en volume.

Cet été je n’ai lu que 2 livres (Théa pour l’éternité  qui fut une déception et le violon noir qui fut un régal), un troisième étant en cours (le lecteur de cadavres qui me fait juste faire des bonds quand je lis les décisions stupides du personnage principal). Mais pour septembre je compte bien lire une dizaine de livres (rien que ça!).

En effet, au travail j’ai inscrit 2 classes aux Incos, ce qui me fait pas mal de titres à lire d’ici octobre. 

Dans les branches d’Emmanuelle MAISONNEUVE

De Cape et de mots de Flore VESCO

L’Apache aux yeux bleus de Christel MOUCHARD

L’été des pas perdus de Rache HAUSFATER

Mais je souhaite aussi faire du vide dans ma bibliothèque et pour cela, rien de mieux que lire tous les livres en attente et de pouvoir m’en séparer ensuite sans trop de regrets.

Les Lames du Cardinal, tome 1 de Pierre PEVEL

Les Lames du Cardinal, tome 2 de Pierre PEVEL

La dame de Pique de Pouchkine

H2G2 tome 3 de Douglas ADAMS

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

Avec cela, je pense mon emploi du temps de septembre bien rempli! 

J’ai déjà chroniqué Le violon noir (sur le vif) et ne ferait pas de chronique de Théa pour l’éternité, sauf grande motivation exceptionnelle.

FRUITS LEGUMES

Par Soledad Bravi

9782211204873

Abécédaire grand format cartonné, entièrement dessiné.

Une double page est dédiée à une lettre et aux fruits et légumes associés à la lettre.

L’enfant peut retrouver ce qu’on lui a fait goûter lors des repas et les parents découvrent en même temps des fruits et légumes peu connus (occasion de chercher à les cuisiner pour les goûter en famille!)

Très coloré, j’ai craqué en l’achetant. Pas très onéreux (13.70€). Après, ma fille abîmant encore un peu les livres, elle ne le feuillette qu’en ma présence.

ob_f495c9_fruits-et-legumes-detail-3

LE VIOLON NOIR

Par Maxence Fermine

3099037631_1_9_ekeip5ta

 

En Résumé…

Johannes Kasperlsky est un jeune français violoniste. Reconnu pour son talent dès son enfance, il n’a pas d’ami et consacre tout son temps au violon. Mais la guerre d’Italie, avec Bonaparte, va l’envoyer se battre là-bas. C’est à Venise, après avoir été blessé pour une deuxième fois, qu’il restera établi pour sa convalescence chez Erasmus. Le destin ou le hasard a mis ces deux hommes de talent face à face. Un violon noir et une voix de femme vont unir ces hommes aux chemins différents mais au but identique.

 

Les personnages (livre à l’appui)…

Johannes (chapitre 1) »En secret, il voulait composer un opéra si sublime qu’il s’adresserait au ciel et parlerait à Dieu. »

Erasmus (chapitre 24) « Je voulais fabriquer le plus beau violon du monde: un violon parfait, d’une sonorité si sublime que quiconque en jouerait s’adresserait au ciel et parlerait à Dieu. »

En Avis…

Encore une fois, Maxence Fermine réussit le tour de force, comme dans Neige, de nous emporter rapidement loin de chez nous (lieu et époque). 2 personnages, 2 passions, le violon et une voix de femme pour point commun.

Dans ce petit livre (126p.) nous découvrons Johannes kasperlsky, jeune français qui ne semble vivre que pour le violon. Son engouement pour cet instrument est expliqué par la rencontre avec un tsigane qui par son violon avait su faire voir à  Johannes « les routes de Bohême et les sapins sous la neige, les veillées près du feu et les danses des femmes […]les souffrances, les privations[…] les sourires échangés […]l’amour parfois. »

La mère de Kasperlsky est vraiment au second plan dans son enfance. Peu décrite, on ressent surtout que son intérêt pour le don de son fils est uniquement vénal.

Ensuite la guerre prend une grande importance. Elle vient bouleverser la vie de Johannes: elle le fait partir de Paris, elle lui montre des horreurs et fait comprendre que la beauté du violon et de son son n’ont rien à faire sur un champ de bataille… mais c’est aussi cette guerre qui permet à Johannes de rencontrer Erasmus à Venise.

J’ai fortement apprécié les âmes et valeurs des objets dans ce petit livre: le violon noir, l’échiquier, le violon sous toutes ses formes (du tsigane en passant par Johannes et par Erasmus). Cela m’a évoqué les 2 derniers vers d’un poème de Lamartine

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme
Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? »

En bref…

Une lecture rapide mais poignante, touchante, même si d’avance (les couleurs de la couvertures annonçaient le ton) nous savons quelle sera triste.

LA COLOC

de Jean-Philippe BLONDEL

Auteur dont j’avais déjà lu il y a quelques années (Re)Play et qui a également écrit blog dans le même format.

En Résumé…

couv6522329

Pour s’émanciper en étant au lycée, Romain va profiter d’une opportunité. Au décès de sa grand-mère, l’appartement de celle-ci encombre les parents de Romain car ce n’est pas le bon moment pour vendre. Trouver un locataire? Pourquoi pas. Romain entre alors dans la discussion de ses parents et propose son idée: qu’il y emménage pour se rapprocher de son lycée (et fuir l’ambiance très tendue entre ses parents à la maison…). Cris, oppositions de sa mère… après quelques jours, le mur parental cède. Le rêve peut devenir réalité pour Romain, et la coloc avec Maxime et Rémi, également élèves de son lycée qui participeront aux frais de l’appart en contrepartie de leur présence,  peut commencer. Mais comment Romain pouvait croire que tout serait facile?

 

 

En Avis…

Environ 165 pages, dans une collection destinée aux ados (lycée). Le narrateur est l’un des ados de la coloc (fils des proprios du coup). Je le trouve beaucoup trop mûr, trop sage dans ses raisonnements. Par exemple, dès leur arrivée en coloc, ça pense déjà à qui doit faire quoi, aux courses…

L’histoire m’a semblé un peu trop sage pour des lycéens (seul Maxime est borderline, un peu trop poussé peut-être). En plus cela fait trop faut: les parents semblent avoir cherché à mettre 3 personnalités complètement différentes, des caricatures d’ados: l’effacé sage mais qui aimerait sa liberté, le geek (qui plus est homosexuel pour dire de rajouter un peu au piment de la coloc), et le beau gosse de riche populaire… Très peu réaliste à un âge où on a tendance à se réunir en groupes par affinités et identifications fortes (même quand le narrateur le fait remarquer, ça semble fait pour nous faire passer la pilule).

J’ai également trouvé que les moments du lycée étaient assez effacés finalement. Dans la coloc il y a la fête, il y a les devoirs, 1 ou 2 plats en commun puis… c’est tout (ou c’est disons les rares choses qui m’ont marquées) Même pas d’amis du lycées venus en dehors, même pas une fille! Au lycée il y a les notes, les regards dans les couloirs et puis… c’est tout. Un peu creux, dommage.

A côté de cela il y la famille de Maxime qui semble plus réaliste (un équilibre familial rompu au départ du frère aîné, des parents qui aimeraient voir le cadet parti pour se retrouver en couple, un fils qui ne supporte pas l’isolement en campagne…).

 

En Bref…

Une bonne lecture. Peut-être trop de maturité, une fin qui m’a déçue mais tout de même un moment de détente avec ce livre entre les mains. On se replonge dans notre propre adolescence (pas sûre que les ados s’y identifie forcément).

Sucettes de shamallow

Pour les grandes gourmandes, voici une recette très facile, une activité rapide et colorée pour un goûter entre copines (adultes ou enfants!)

sucette 4

Ingrédients:

Shamallows

Chocolat patissier (noir ou lait)

Décos en sucre

 

Matériel:

-Pics en bois (ou cure-dents)

-Papier sulfurisé

-grille ou plaque pour y mettre le papier sulfurisé

-Assiette

-Bol allant au micro-onde

 

 

  1. Piquez vos shamallows d’un pic chacun pendant que votre chocolat fond dans le bol  au micro-onde.
  2. Etalez le papier sulfurisé. Versez les décos en sucre dans une assiette.
  3. Une fois le chocolat fondu, trempez chaque shamallow dedans, roulez-le ensuite dans les décos et mettez-le sur le papier sulfurisé.
  4. Attendez quelques heures que cela fige bien puis dégustez!

 

Pour les impatientes, vous pouvez mettre au frigo pour accélérer le processus.

Pour ma part je fais ces petites douceurs avec du chocolat au lait et de petites décos. J’ai testé avec de plus grosses décos, cela croque un peu trop sous la dent et devient écoeurant…

 

Dites-moi quelles sont vos associations/idées préférées pour vos sucettes shamallows!

LES PETITES REINES

Par Clémentine Beauvais

couv_les-petites-reines

 

En Résumé…

 

Ca y est, les résultats sont tombés. On connaît enfin les noms des 3 boudins de l’année:

-Astrid (Boudin d’Or)

-Hakima (Boudin d’Argent)

-Mireille (Boudin de Bronze)

 

 

A la différence des Miss, ces 3 jeunes filles n’ont pas choisi de participer à ce concours internet de leur collège-lycée…

Malo, ancien ami devenu ennemi de Mireille a lancé ce concours depuis 3 ans. E pour la première fois… Mireille, 15 ans et demi n’est plus boudin d’or. Mais Mireille s’en contre-fiche de ce concours. Ce n’est malheureusement pas le cas d’Astrid 16 ans, débarquée dans cet établissement depuis un an et qui prend la violence des ados en pleine face! Arrivée en pleurs chez Mireille et consolée, elles décident d’aller soutenir Hakima, petite élève de 5e élue pour la première fois également. Une idée folle va alors germer dans le esprit: pourrir la garden party du 14 Juillet à l’Elysée et chacune pour des raisons bien personnelles. Mais comment s’y rendre? Comment financer? de fils en aiguille ou de réplique d’ados à adultes le plan se monte. Ce sera à vélos, avec Kader le frère d’Hakima comme responsable adulte et pour se financer, les 3 boudins vendront…. des boudins!

 

En Avis…

Livre à mourir de rire du début jusqu’à la fin. La narratrice, Mireille Laplanche a de la répartie pour tout, sur tout avec tout le monde. Lire la suite

Un Best Seller quand on a 13 mois!

Just for Fun. Mon exemplaire a déjà dû être réparé 2 fois tellement il est lu et … relu!

512bcvvutr6l

 

Superbe petit livre tout simple où bébé chien cherche bébé chat, bébé lapin, bébé mouton pour jouer ( mais qui se sont cachés derrière de gros volets à soulever)  avec une petite surprise sous le dernier volet à soulever!

Des rires de petite fille et petit garçon garantis!

Chez Gründ éditeur. Epuisé mais se trouve en occasion pour moins de 8€!