LA MARAUDE

51prpxg8n9l-_sx195_

d’Ahmed Kalouaz

Editions du Rouergue

Collection Doado

 

 

 

En Résumé…

Théo est un adolescent comme un autre. Mais il décide de prendre son duvet, de l’argent, quelques provisions et une photo de son père et part dans la rue. Il a pour objectif de ramener ce père qui a fui le domicile. Spirale infernale (perte d’un emploi, échec de reconversion, tensions dans le couple, alcoolisme, violence, fuite du domicile conjugal pour ne plus nuire à sa famille). Théo est bien déterminé, malgré sa gêne auprès des SDF, à interroger un maximum de personnes pour retrouver son père. Mais il ne s’attendait pas à cet univers, à ces histoires.

 

En Avis…

Je ne connaissais pas le terme « maraude » sous cet aspect là (oui je ne sais pas tout et reconnais mes lacunes sans soucis) du coup je m’attendais au moins à un peu plus d’explications sur ce terme lorsque Théo entend parler de la maraude et en aperçoit l’équipe de bénévoles. Car finalement j’ai fait appel à des images pour me créer ma propre définition et chercher à côté pourquoi on utilisait ce terme.

Au fait, si quelqu’un d’autre ignore ce qu’est la maraude, voici un extrait d’un article sur « marauder » et l’évolution de ce terme dans le temps.

« Pourtant, le plus étonnant dans l’extension de ce nom est celui qui s’observe dans la langue humanitaire de tous ceux qui viennent en aide ou cherchent à venir en aide, dès que les grands froids commencent, aux clochards et aux vagabonds – ces malheureux Français, dits SDF, que les innombrables préférences dont ils sont exclus ont jetés dans les rues des villes. Partir en maraude aujourd’hui, quand on milite à la Croix Rouge ou au Secours Catholique ou à l’Armée du Salut, ce n’est pas faire la petite guerre contre des civils, c’est, le soir venu et quand il fait – 5 degrés au-dessous de zéro, parcourir une ville pour venir en aide aux sans abri et leur proposer couvertures, soupe chaude et éventuellement un hébergement. »

Lien vers l’article complet sur le site NLF (je ne fais pas du soutien pour ce site et ses pensées, je trouvais juste cet article bien construit).

Et un article d’entraides citoyennes qui explique le principe de la maraude humanitaire et ses différents rouages.

Le livre aurait gagné à avoir un peu plus de liants. Avec le résumé de la quatrième de couverture je ne m’attendais pas à lire les histoires des SDF mais plutôt à suivre seulement Théo dans ses rencontres. Du coup, les récits des SDF me paraissaient très loin, il y  avait cette distance qui m’empêchait d’y porter une réelle attention ou de saisir toute l’importance de leur intervention.

Par contre le fait que Théo revoit les personnages en arrière plan quand il erre dans les différents lieux permet de créer une ambiance de communauté. Irène, le Galérien, l’Irish, le Philosophe… réapparaissent sans forcément intervenir de nouveau. Cela donne aussi l’impression que Théo est repéré discrètement par tout le monde, qu’on veille sur lui, pour x raisons du passé personnel de chacun, dans cet univers si décalé des codes rassurants de notre société.

 

En Bref…

Une déception car je m’attendais à mieux avec le thème annoncé et le résumé.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s