LA COLOC

de Jean-Philippe BLONDEL

Auteur dont j’avais déjà lu il y a quelques années (Re)Play et qui a également écrit blog dans le même format.

En Résumé…

couv6522329

Pour s’émanciper en étant au lycée, Romain va profiter d’une opportunité. Au décès de sa grand-mère, l’appartement de celle-ci encombre les parents de Romain car ce n’est pas le bon moment pour vendre. Trouver un locataire? Pourquoi pas. Romain entre alors dans la discussion de ses parents et propose son idée: qu’il y emménage pour se rapprocher de son lycée (et fuir l’ambiance très tendue entre ses parents à la maison…). Cris, oppositions de sa mère… après quelques jours, le mur parental cède. Le rêve peut devenir réalité pour Romain, et la coloc avec Maxime et Rémi, également élèves de son lycée qui participeront aux frais de l’appart en contrepartie de leur présence,  peut commencer. Mais comment Romain pouvait croire que tout serait facile?

 

 

En Avis…

Environ 165 pages, dans une collection destinée aux ados (lycée). Le narrateur est l’un des ados de la coloc (fils des proprios du coup). Je le trouve beaucoup trop mûr, trop sage dans ses raisonnements. Par exemple, dès leur arrivée en coloc, ça pense déjà à qui doit faire quoi, aux courses…

L’histoire m’a semblé un peu trop sage pour des lycéens (seul Maxime est borderline, un peu trop poussé peut-être). En plus cela fait trop faut: les parents semblent avoir cherché à mettre 3 personnalités complètement différentes, des caricatures d’ados: l’effacé sage mais qui aimerait sa liberté, le geek (qui plus est homosexuel pour dire de rajouter un peu au piment de la coloc), et le beau gosse de riche populaire… Très peu réaliste à un âge où on a tendance à se réunir en groupes par affinités et identifications fortes (même quand le narrateur le fait remarquer, ça semble fait pour nous faire passer la pilule).

J’ai également trouvé que les moments du lycée étaient assez effacés finalement. Dans la coloc il y a la fête, il y a les devoirs, 1 ou 2 plats en commun puis… c’est tout (ou c’est disons les rares choses qui m’ont marquées) Même pas d’amis du lycées venus en dehors, même pas une fille! Au lycée il y a les notes, les regards dans les couloirs et puis… c’est tout. Un peu creux, dommage.

A côté de cela il y la famille de Maxime qui semble plus réaliste (un équilibre familial rompu au départ du frère aîné, des parents qui aimeraient voir le cadet parti pour se retrouver en couple, un fils qui ne supporte pas l’isolement en campagne…).

 

En Bref…

Une bonne lecture. Peut-être trop de maturité, une fin qui m’a déçue mais tout de même un moment de détente avec ce livre entre les mains. On se replonge dans notre propre adolescence (pas sûre que les ados s’y identifie forcément).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s