JE SUIS UN DRAGON

de Martin Page

En Résumé…

Margot, jeune Française, voit ses parents se faire assassiner devant elle à 6 ans. Ensuite ce sont des années d’orphelinat, de famille d’accueil jusqu’au collège. Margot aime être invisible aux yeux des autres. Mais sa fragilité apparente, sa volonté d’être isolée irrite des petits caïds du collège qui décident de lui donner une bonne leçon. A partir de là, Margot ne pourra plus se cacher et sa véritable nature pourra se révéler. Elle est un monstre aux yeux des autres, elle est différente de par ses pouvoirs surhumains. Margot ne pourra à présent plus vivre comme une ado de 12 ans, les puissances vont tenter de l’utiliser pour leurs besoins.

En Avis…

Une histoire qui commence très tristement, le décor est planté autour de Margot. Les gens entourant Margot une fois sa « monstruosité » révélée sont très manichéens (on comprend du départ que le Docteur sera contre elle et que la psychologue américaine et le haut fonctionnaire français vont la soutenir).

Le style de l’auteur fait que le lecteur est maintenu à distance (on a l’impression de visionner un film). Par moment ça rend les choses lentes (ça défile simplement). Mais cela nous préserve également et permet de réfléchir à ce qui se passe dans l’histoire. Nous ne sommes pas emportés, pas d’identification aux personnages vraiment possible.

Grand plaisir que de lire un roman fantastique contemporain (ça nous change de Maupassant!). Tout du long, le scientifique va tenter de comprendre pourquoi Margot est différente et personne arrive à expliquer ses pouvoirs. Tout est épluché mais le destin (ou le hasard) semble avoir fait en sorte que rien du passé ne puisse venir expliquer l’état de Margot. Mais c’est à double tranchant car Margot elle-même ne peut expliquer ses capacités surhumaines, ce qui la met à distance de l’humanité.

Beaucoup de sujets sont abordés dans ce livre (le mal être adolescent, la différence, le harcèlement scolaire, la manipulation par les politiciens et les adultes, le besoin de tout expliquer via la science, la volonté de sauver l’humanité pour compenser d’actes négatifs, un regard sur l’être humain et son mode de vie, une comparaison entre être humains et animaux…). Via une histoire qui semble si simple (un être à part, bien au-dessus de toutes les capacités humaines, à l’épreuve des balles, bombes, missiles, des maladies doué d’une force incroyable, de la faculté de voler!), Martin Page arrive à aborder sérieusement plusieurs de ces thématiques.

C’est aussi le principe de l’anti-héros. Margot est très jeune, à l’aspect fragile, timide, orpheline et pourtant c’est elle que la nature a choisie. Dans l’histoire à plusieurs reprises, le narrateur rapport des regards d’hommes lorsqu’ils sont face à Margot (perversité, lubricité, sexisme, machisme…). Margot ne supporte pas cela et l’incapacité de ces hommes à accepter qu’une image de femme fragile puisse être plus forte qu’eux. D’ailleurs, l’image de femme sexy que lui donne son costume imposé par les gouvernements va la dégoûter au point d’exiger un costume moins moulant, pour dissimuler ses formes de jeune femme.

En Bref…

Une très bonne découverte. Un bon moment de lecture dont le souvenir mûrit au fur et à mesure (et se bonifie!)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s